Les Transgéniques
« La nature chimique du matériel génétique étant la même dans toutes les espèces, il devient possible d’introduire le gène d’une espèce donnée dans le génome d’une autre espèce, quelle qu’elle soit.  »
Un jour de 1999 j’ai eu cette phrase sous les yeux.
j’ai commencé à imaginer (tel un savant devenu fou) les possibilités infinies de ce principe et j’ai travaillé sur cette idée précise du franchissement de la barrière d’espèce.
Je voulais que ça soit beau et étrange, et qu’on se demande s’il s’agissait de réussite ou de ratage. Il me paraissait alors que la grande préoccupation morale du siècle à venir serait celle de la bioéthique.
Le choix du support (le Polaroid format 20×25 cm) n’est pas le fruit du hasard. Ce sont des pièces uniques puisqu’il n’y a pas de négatifs. D’un côté l’idée de manipulations et de « greffes » reproductibles à l’infini et de l’autre l’unicité semblable à celle qui nous caractérise tous mais pour combien de temps encore ? .


 » The chemical nature of the genetic material being the same in all species, it becomes possible to introduce the gene of one given specie in the genome of any another.  »
One day, in 1999 ,this sentence caught my attention
I began to imagine (like a scientist gone mad) the infinite possibilities of this principle and I worked on this precise idea of the crossing of the barrier of species
I wanted it to be beautiful and strange, and to leave one wondering whether it was a success or a failure.
It appeared to me that the main moral preoccupation of the century to come ,would be bioethics.

The choice of medium (the Polaroid size 20×25 cm) is no coincidence. They are unique pieces because there are no negatives. On one side was the idea of manipulations and reproduced « transplants » in its infinity and the other one the uniqueness, which characterizes us all, leading to the question: for how long?